Gamalive forum

Toute l'intelligence de l'être humain réside dans sa capacité à rester courtois.

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 15-09-2014 18:19:32

pluton-x
Membre
Messages : 221

le Gamergate

Depuis un mois environ l'internet américain est le théatre du gamergate qui a commencer le 16 Aout lorsque le petit ami d'une développeuse à décider de laver son linge sale en public en déclarant que celle-ci l'avait trompé avec 5 personnes différente.

L'histoire serait restée inaperçue si les-dites personnes n'étaient pas des membres de la presse spécialisée voir du milieu indépendant de l'industrie vidéo-ludique.

L'affaire commence à sortir dans la presse française avec ces articles du Monde parus aujourd'hui : article 1, article 2

D'autre sont parus sur les sites comme jeuxvideo.com ou jeuxvideo.fr.

Dans l'ensemble ces articles présente l'histoire comme une campagne de harcèlement contre Zoé Quinn orchestré par 4chan, reddit et autres toutefois un regards approfondis sur les faits montre que l'histoire est un peu plus compliquée que ça. (je dois reconnaitre quand même que ces articles sont un poil plus neutre que les autres)

Voici une timeline des événements principaux de cette histoire

Le site Know Your Meme, bien qu'il ne soit pas un site journalistique, à plutôt bien répertorié les événements de qui a commencer par le Quinnspiracy pour devenir le gamergate

En résumé le mouvement doit son ampleur à cause d'un effet Streisand, qui veut que plus on cherche à supprimer quelque chose du net plus cela se répand sur le net. En effet après la déclaration du petit ami une vidéo à été réalisé par le Youtubeur MundaneMatt sur les relations entre développeurs indé et la presse spécialisé jugé incestueuse par une partie des gamers. La vidéo à été supprimé suite à une déclaration DMCA (en gros droit d'auteur). Le sujet est arrivé ensuite sur le site Reddit où les gens on assisté à une délétion massive des commentaire, à de la censure et de bannissement. Même 4chan a vu des threads supprimés alors que le site est connu pour son absence quasi-totale de censure.

Résultat le scandale à pris une ampleur pas possible et dure depuis maintenant 1 mois ce qui est miraculeux au vu de la capacité d'attention du net.

Et l'ironie dans tout ça c'est que même si les relations ont été confirmé (3 d'entre elle au moins) il n'y a pas eu effectivement de bonne presse pour le jeu Depression Quest en échange.
MAIS à cause de l'effet Streisand le net s'est mis à creuser et a trouvé qu'il y a effectivement des échanges de faveurs et des combines pour de la bonne presse entre journaliste et développeur indépendant (par le site Patreon notamment, site qui permet de faire des donations mensuelle)  ce qui à aboutit à l'apparition du #gamergate sur Twitter (créer par l'acteur américain Adam Baldwin).

Le mouvement à aussi pris de l'ampleur le 28 Aout quand une dizaine d'article  sont publié sur plusieurs gros sites de la presse spécialisée américaine déclarant la mort des gamers, que les gamers n'ont pas à être leur démographie, que les gamers sont misogyne, etc... (je rappelle qu'on leurs reproche leurs relations incestueuses, quoi de plus intelligent pour infirmer cette accusation de publier les même articles le même jour).

Toutefois je pense que pour comprendre une partie du phénomène il faut revenir sur le contexte des relations entre la presse vidéo-ludique sur internet et les joueurs américains qui sont devenus toxique au fil du temps.

En effet certains d'entre vous ce souviendrons du Doritosgate qui été l'un des exemples de relations douteuse entre presse et industrie.
Mais l'on reproche également au site tel que Kotaku ou RockPaperShotgun d'avoir ces dernière année baissé en qualité depuis quelque année avec des articles particulièrement pourris (ce type d'article notamment).

On reproche également également à ces sites de plus faire des articles destiné à appâter le click (pour générer des revenus) plus que de faire des news sur les jeux vidéo en tant que tel.
Et là on aborde le point que l'on peut associer à la misogynie.
En effet les articles "clickbait" sont des articles destiné à créer le scandale en déclarant que tel jeux est sexiste ou  que tel développeur est misogyne.

Le sexisme existe dans l'industrie du jeu vidéo soyons honnête mais il y a une marge entre une chose qui malheureusement existe partout et déclarer que l'industrie entière est fondamentalement misogyne.

Mais pour les site comme Kotaku, la misogynie et le viol frisent l'obsession malsaine.
Quand ce n'est pas des articles c'est limite des interviews avec des développeurs orientées de manière à les faire passer pour des misogynes.
Et parfois cela va jusqu'à blâmer les joueurs d'aimer tel ou tel jeux. Par exemple, Jason Schreier de Kotaku a déclaré que ceux qui aimait le design de la sorcière dans Dragon's Crown était des pedophiles (j'arrive pas à trouver le post mais une simple recherche google permet de trouver plusieurs référence sur le sujet)

Résultat les joueurs américains blâme la presse spécialisé pour 3 choses :
-des relations douteuse entre presse et développeur indé (à mettre aussi en relation avec différent scandale de jeu indé baclé vendu en ligne sur Steam)
- une baisse de la qualité des articles sur l'industrie du jeu vidéo
- une presse qui est passée de critiquer les jeu en temps que tels, à blamer les jeux et les joueurs de misogynie et de sexisme.

Voilà.
Et vous quel est votre opinion sur le sujet ?

Dernière modification par pluton-x (15-09-2014 22:03:20)


Gloire au Grand Cthulhu

En ligne Hors ligne

#2 16-09-2014 13:25:45

Morpheus
Membre
Messages : 312

Re : le Gamergate

Y'a du sexisme. C'est clair. Comme partout malheureusement. Mais même sans aller dans la démesure, il est certain que c'est plus décomplexé que dans d'autres domaines.

On peut railler une personne pour son comportement (que ce soit un homme ou une femme, une infidélité reste condamnable). La harceler de cette manière, c'est tout simplement débile, profondément cruel, d'ailleurs criminel, et ne risque pas de rendre la "communauté" plus sympa qu'elle n'est pas manifestement. Et c'est même d'ailleurs un crime je crois en France.

C'est d'ailleurs pleinement du sexisme, jamais un homme n'aurait été attaqué de la sorte. Et pas besoin de traverser les US pour constater un tel problème. La dérive des comportements sur les forums JVCom (j'y peux rien, c'est un des premiers en terme d'audience, donc incontournable), manifestement entériné par la société qui détient le bousin maintenant, montre bien le réel problème qu'il y a à être une femme quand on s'intéresse de près ou de loin au jeu vidéo.

Je suis vraiment contre l'abolition de l'anonymat, mais si toutes les personnes qui passaient leur temps à harceler les autres (en faisant sauter cet anonymat derrière lequel ils sont bien contents de se cacher) étaient obligés de s'assumer avant de baver cradement sur les autres, le net serait bien plus sain. (Ça me rappelle la commune qui avait massivement voté FN, quand les journalistes ont demandé aux gens, personne n'avait voté dis donc). Ça ne leur enlèverait probablement pas la merde du cerveau, mais ça rendrait le Web plus vivable et moins détestable.

Une responsabilisation qu'il serait bon de remettre sur le devant de la scène. Une action que les détenteurs de gros espaces tels jvcom se doivent normalement de mettre en place.


Les gens perdus errent toujours dans le sens inverse des aiguilles d'une botte de foin.

En ligne Hors ligne

#3 16-09-2014 17:27:36

pluton-x
Membre
Messages : 221

Re : le Gamergate

Morpheus a écrit :

Y'a du sexisme. C'est clair. Comme partout malheureusement. Mais même sans aller dans la démesure, il est certain que c'est plus décomplexé que dans d'autres domaines.

Peux-tu développer ? personnellement je trouve qu'il n'y a pas plus de sexisme dans cet industrie que dans les autres domaines de l'industrie du divertissement comme le cinéma.

Morpheus a écrit :

On peut railler une personne pour son comportement (que ce soit un homme ou une femme, une infidélité reste condamnable). La harceler de cette manière, c'est tout simplement débile, profondément cruel, d'ailleurs criminel, et ne risque pas de rendre la "communauté" plus sympa qu'elle n'est pas manifestement. Et c'est même d'ailleurs un crime je crois en France.

Il y a surement eu harcèlement mais une simple vérification sur les sites internets accusés (4chan et reddit notamment) montre que ces attaques ne viennent pas de là, tout d'abord parce Reddit censure toute allusion au gamergate et ban la moindre personne qui en parle et parce les gens qui discute du sujet sur /v/ (4chan) reportent systématiquement les post incitant au harcèlement/piratage et les réponse à ces post ce résume à "fuck off", ce qui est déjà particulièrement surprenant de la part de 4chan.
Le harcèlement est un comportement inacceptable mais c'est plus un phénomène parallèle qui est malheureusement courant quand un scandale apparait dans les media/le net.
Le gamergate ne concentre plus sur Zoé Quinn depuis un bon bout de temps (malgré le fait qu'elle s'amuse ces derniers jour à "prouver" que les hashtags #gamergate et #notyourshield sont une conspiration mené par 4chan à l'aide de post soigneusment sélectionné hors de leurs contexte).

Le gamergate se concentre surtout sur Kotaku, RockPaperShotgun, Gamasutra et Polygon où il a été montré malgré les dénégations de ces sites que les journalistes donnaient des sommes de manière mensuelles à des développeur indé par le biais du site Patreon.

Ce qui a surtout fait enrager les gens c'est que malgré les preuves des accusations avancées ces gens et leurs supporters ont balayé les accusations de la main en accusant les gens de sexismes et de misogynie.
Ces sites ont même jeté de l'huile sur le feu en publiant le même jour une série d'article résumant les gamers comme des misogynes et une identité mourantes fasse à l'évolution du jeu vidéo.

les articles sortis le 28-29 Aout

Morpheus a écrit :

C'est d'ailleurs pleinement du sexisme, jamais un homme n'aurait été attaqué de la sorte. Et pas besoin de traverser les US pour constater un tel problème. La dérive des comportements sur les forums JVCom (j'y peux rien, c'est un des premiers en terme d'audience, donc incontournable), manifestement entériné par la société qui détient le bousin maintenant, montre bien le réel problème qu'il y a à être une femme quand on s'intéresse de près ou de loin au jeu vidéo.

Si tu crois que les hommes ne sont pas attaqués dans l'industrie du jeux vidéo tu te trompe, ces affaires ne sont juste pas médiatisées.
Par exemple durant le DoritosGate, Geoff Keighley a subit une campagne de harcèlement par certaines personnes.
Autre fait plus marquant, Brad Wardell le CEO de Stardock a une fois viré une de ses employée après une faute grave, l'employée en question a accusé Brad Wardell de misogynie. Kotaku à relaté dans un article, n'hésitant pas sous-entendre qu'il était coupable.
L'affaire fut close et l'accusation c'est révélée fausse. Cela n'a pas empêché Brad Wardell d'être harcelé, d'avoir ces enfants brutalisé à l'école et sa femme de recevoir des appels menaçant (voir image plus bas) . Et ceci n'a pas été publié.

246.png

En plus cette histoire a montrée que les anti-gamergate malgré leur prétention à défendre le féminisme et la tolérance contre le harcèlement et la mise en ligne de donnée piratée n'hésite pas à faire la même chose contre ceux qui soutiennent le gamergate (voir galerie d'image associé à mes lien du site knowyourmeme, il y a une chié d'exemple).

Après, est-ce que le scandale aurais eu lieu si l'affaire avait été révélé autrement que par un ex-petit ami enragé qui a décidé de laver son linge sale en public ?
Honnêtement j'en sais rien mais je persiste à penser que si la censure n'avait pas eu lieu, l'affaire aurait durée 48 heures maximum.

Morpheus a écrit :

Je suis vraiment contre l'abolition de l'anonymat, mais si toutes les personnes qui passaient leur temps à harceler les autres (en faisant sauter cet anonymat derrière lequel ils sont bien contents de se cacher) étaient obligés de s'assumer avant de baver cradement sur les autres, le net serait bien plus sain. (Ça me rappelle la commune qui avait massivement voté FN, quand les journalistes ont demandé aux gens, personne n'avait voté dis donc). Ça ne leur enlèverait probablement pas la merde du cerveau, mais ça rendrait le Web plus vivable et moins détestable.

Oui et non. Je pense que cacher son nom dernière un pseudo sur certains site permets à des gens d'avoir des comportement désagréable et enlever l'anonymat sur les commentaires de certains sites comme youtube changerais effectivement un peu les choses.

Mais je pense que sur un site comme 4chan l’anonymat total n'est pas une si mauvaise chose.

Je fais faire l'avocat du diable là.

Je m'explique, 4chan est un forum public où tout le monde peut poster sans s'inscrire au préalable.

Résultat les posts se font sous le pseudo "d'anonymous". Le sexe, l'orientation sexuelle, la couleur de peau, l'origine sociale et géographique d'un individu sont inconnus et ne compte pas sur le site.

Ceci aboutit à plusieurs chose, tout d'abord certes les propos les plus incendiaires, les plus choquants et les plus inacceptables sont courant sur le site (1er amendement de la constitution américaine oblige) mais d'un autre coté tout le monde est sur un pied d'égalité, un individu est un anonyme parmi d'autre anonyme. (on peut faire l'analogie avec une salle remplie de personne invisible doté d'une voix impossible à identifier)

Au final ce qui compte sur le site ce n'est pas qui poste mais ce qui est posté. C'est le sens de la repartie qui compte plus que ce qui on est.
D'ailleurs révéler son sexe/origine/orientation sexuelle sans que cela ai de rapport avec le sujet est très mal vus.

L'avantage est qu'un utilisateur du site peu difficilement être harcelé vu que tu peux prétendre être quelqu'un d'autre le post d'après.

Le sites doit sa réputation de "internet hate machine" à cause des board pol/ et b/ qui sont respectivement les boards "politiquement incorrect" et "random" où se concentre la majorité des propos les plus tendancieux/choquant. note : même pour le reste de 4chan /b/ est considéré comme, je cite, "cancerous as fuck" (je trouve pas de traduction valable)

Toutefois une observation générale du site montre que les thématiques du forum sont variées avec un board lgbt, comics, manga, littérature, science, etc.

D'ailleurs petite ironie, bien que 4chan soit catégorisé, je cite, "cathédrale de la misogynie", il semblerait d'après le site alexa.com (qui analyse le traffic des sites internet) que 4chan ait une population féminine supérieure à la moyenne par rapport au autre site internet.

68b.png

Bon après j'avoue que JV.com à pars les forums dédiés à certains type de jeux le niveau est navrant.

Dernière modification par pluton-x (19-09-2014 15:20:37)


Gloire au Grand Cthulhu

En ligne Hors ligne

Comparer les prix avec comparonet

Pied de page des forums